X
Anytimemessage App
dasdasd
 
 

Dans l’âtre du salon, un premier feu ronronne, Avec de temps en temps une sourde explosion D’étoiles et d’éclairs, comme lave en fusion. L’on est bien, il fait chaud. Dehors le vent marmonne Qu’il voudrait pénétrer au creux de la maison. Mais ici l’on répugne au vent de la montagne Qui annonce un grand froid et souvent s’accompagne D’un gel insupportable, hors de toute raison ! Pour le moment, ça va ; il reste raisonnable Et malgré son dépit, demeure fort courtois. L’on a rentré du bois jusques en haut du toit, Bien qu’octobre tout neuf soit encor très aimable, Qui a peint la montagne avec des pigments roux ; Roux comme les mélèze(s), aussi roux que les flammes Qui rongent les rondins comme le font les lames A l’assaut des rochers, là où le temps est doux. Chez nous l’hiver est proche ; il sera très très rude Car les oies sont passées depuis déjà longtemps. Le vent désemparé s’incruste en tapotant Les vitres du séjour : c’est son assuétude Quand il souffle en octobre et que tombe la nuit ! Dehors le temps fraîchit, et la montagne rousse Flamboie dans le Couchant. Le vent gémit et tousse, Et puis désespéré s’en retourne chez lui.

Poèmes d'automne
 

AUTRES MESSAGES QUE VOUS SEREZ INTERESS�S

 

"Bien que le toit est juste une histoire haute, Il me donne un peu de vertige. Je lariat-twirl la corde de lumières de Noël Et jetez-le à la couronne de bouleau pleureur; Une cheville dans laquelle j'ai vissé un crochet Permet de toucher, soulever, draper et ficeler Le cordon entre les branches afin que les ampoules Accentra l'élégance de l'arbre. Amis, en rentrant du travail ou en faisant du shopping, pause Et appeler des éloges ou des critiques. Je fais des ajustements. Bien qu'un pot-pourri Des musulmans, des chrétiens, des bouddhistes, des juifs et des sikhs, Nous sommes tous conscients de la période de l'année; Nous apprécions tous ses écrans colorés Et gardez un festival qui atténue La chaleur et la boussole de la journée. Certains disent que L.A. ne convient pas à la Yule, Mais les camionnettes d'UPS maintenant comme Magi font Leurs rondes chargées d'aujourd'hui, tandis que les feuilles tombées Sont gaiement ressuscités dans leur sillage; Le désert monte une pleine lune de l'est Et les problèmes d'une brise sec Santa Ana, Et les valets dans les restaurants chics seront bientôt Soigner des troupeaux de voitures et de VUS. Et comme les quartiers sombrent dans le crépuscule Les palmiers de l'éventail dispersés à travers le stand de la ville Plus sereinement prominente, et cet endroit semble Une vaste oasis en Terre Sainte. Cette maison pourrait être un caravansérail, L'arbre une sorte de fontaine cordiale D'accueil, bouclé et orné de colliers Et ceintures de vert, jaune, bleu et rouge. Certains se demandent si la star de Bethléem Il s'est produit quand Jupiter et Saturne ont traversé; Il est réconfortant de lever les yeux de ce toit Et sentir que, alors que tous les changements, rien n'est perdu, Rappeler cela dans l'antiquité Le solstice d'hiver est tombé en Capricorne Et que, dans la nébuleuse d'Orion, Du gaz tourbillonnant, de nouvelles étoiles sont nées. Vers le solstice d'hiver Timothy Steele "

 
 
 

Cat�gories populaires